Difference between revisions of "Dessalinisateur solaire"

Line 15: Line 15:
 
|Introduction=<translate>'''Contexte'''  
 
|Introduction=<translate>'''Contexte'''  
  
La conception de ce prototype de dessalinisateur est un travail collectif qui s'inscrit dans le projet d'expérimentation "Biosphère, capsule en milieu aride" porté par Corentin de Chatelperron et Caroline Pultz. Installée dans un désert proche de la mer de Basse Californie au Mexique, le binôme a expérimenté durant quatre mois cette nouvelle base de vie de 60m<sup>2</sup> produisant suffisamment de protéines, de vitamines et de minéraux pour faire vivre deux humains, avec moins d’un euro d’intrants par jour. Ce lieu d’expérimentation a été choisi puisqu'il concentre les problématiques de l’évolution climatique actuelle : les milieux arides s’étendent chaque année et couvrent actuellement 41% des surfaces terrestres de la planète et concernent un habitant sur trois.
+
Après une dizaine d’années d'exploration, en quête de nouveaux et épanouissants modes de vie, l'une des ambitions du Low-tech Lab est de proposer un autre scénario du futur où la low-tech est vecteur d’émancipation, de convivialité et d’épanouissement. En ce sens, le projet Biosphère se veut être un démonstrateur d’une vie future, spécifique à un contexte bien précis et abritant un écosystème vivant produisant suffisamment de nourriture, d'eau et d'énergie pour subvenir aux besoins identifiés sur une période de 4 mois. Au-delà d’un habitat, cette expérimentation explore, à travers un scénario fictif, une alternative enthousiasmante, guidée par une réflexion sur les besoins dans un contexte de raréfaction des ressources.  
  
 +
La [https://lowtechlab.org/fr/le-low-tech-lab/les-actions/biosphere-2018 Biosphère expérimentée en Thaïlande] par Corentin de Chatelperron était une première étape sur laquelle nous nous sommes basés pour dimensionner la nouvelle base de vie adaptée, cette fois-ci, au milieu aride. Installée dans un désert de Basse Californie au Mexique, la [https://lowtechlab.org/fr/le-low-tech-lab/les-actions/en-cours-biosphere-capsule-en-milieu-aride "Biosphère, capsule en milieu aride"] de 60m² produira suffisamment de protéines, de vitamines et de minéraux pour faire vivre deux humains, avec moins d’un euro d’intrants par jour. Sous cette chrysalide faite de bois et de tissu bio-sourcé, l'élevage de mouches soldats noires et de grillons, la culture de spiruline et de champignons et le système d’hyroponie partageront l’espace avec des solutions pour désaliniser l’eau ou chauffer les aliments à l’aide de l’énergie solaire ou musculaire.
  
L’objectif de ce projet est d’expérimenter et éventuellement démontrer la possibilité de vivre dans un contexte de grande sécheresse dans un habitat résilient, pérenne et désirable. Pendant 3 mois nous avons conçu, prototypé puis fabriqué chaque low-tech pour qu’elles s’adaptent à cet environnement particulier. En Septembre, Corentin et Caroline ont rejoint le Mexique à bord d'un voilier en n'emportant que du textile. Ils ont alors répliqué toutes les low-tech à partir des matériaux et outils disponibles sur place. L'objectif a donc été de concevoir des systèmes simples et facilement réplicables. Pour faciliter la fabrication, chaque low-tech a fait l'objet d'un plan détaillé.
+
Pour cette nouvelle étape, nous cherchons à dissocier l’image archaïque parfois associée aux low-tech en travaillant sur la désirabilité et le design pour créer l’imaginaire d’un futur low-tech souhaitable dans un contexte de grande sécheresse. Pendant 3 mois nous avons conçu, protypé puis fabriqué chaque low-tech pour qu’elles s’adaptent à cet environnement particulier. En Septembre, Corentin et Caroline ont rejoint le Mexique à bord d'un voilier en n'emportant que du textile. Ils ont alors répliqué toutes les low-tech à partir des matériaux et outils disponibles sur place. L'objectif a donc été de concevoir des systèmes simples et facilement réplicables. Pour faciliter la fabrication, chaque low-tech a fait l'objet d'un plan détaillé.
  
  

Revision as of 14:47, 19 July 2023

Tutorial de avatarLow-tech Lab | Categories : Water, Energy

La boite est consituée d'un cadre avec pour fond une plaque sur laquelle est positionnée un tissu imprégné d'eau salée. Sur le dessus, la boite est fermée par une vitre. L'alimentation en eau salée est assurée par un goutte à goutte placé en haut du cadre et le trop plein est évacué par le bas. L’intérieur de cette serre chauffe au soleil ce qui va entrainer l'évaporation de l'eau, puis sa condensation sur la vitre. L'eau douce va alors ruisseler jusqu'à une gouttière d'évacuation, pour enfin être récupérée dans un bocal.

License : Attribution (CC BY)

Introduction

Contexte

Après une dizaine d’années d'exploration, en quête de nouveaux et épanouissants modes de vie, l'une des ambitions du Low-tech Lab est de proposer un autre scénario du futur où la low-tech est vecteur d’émancipation, de convivialité et d’épanouissement. En ce sens, le projet Biosphère se veut être un démonstrateur d’une vie future, spécifique à un contexte bien précis et abritant un écosystème vivant produisant suffisamment de nourriture, d'eau et d'énergie pour subvenir aux besoins identifiés sur une période de 4 mois. Au-delà d’un habitat, cette expérimentation explore, à travers un scénario fictif, une alternative enthousiasmante, guidée par une réflexion sur les besoins dans un contexte de raréfaction des ressources.

La Biosphère expérimentée en Thaïlande par Corentin de Chatelperron était une première étape sur laquelle nous nous sommes basés pour dimensionner la nouvelle base de vie adaptée, cette fois-ci, au milieu aride. Installée dans un désert de Basse Californie au Mexique, la "Biosphère, capsule en milieu aride" de 60m² produira suffisamment de protéines, de vitamines et de minéraux pour faire vivre deux humains, avec moins d’un euro d’intrants par jour. Sous cette chrysalide faite de bois et de tissu bio-sourcé, l'élevage de mouches soldats noires et de grillons, la culture de spiruline et de champignons et le système d’hyroponie partageront l’espace avec des solutions pour désaliniser l’eau ou chauffer les aliments à l’aide de l’énergie solaire ou musculaire.

Pour cette nouvelle étape, nous cherchons à dissocier l’image archaïque parfois associée aux low-tech en travaillant sur la désirabilité et le design pour créer l’imaginaire d’un futur low-tech souhaitable dans un contexte de grande sécheresse. Pendant 3 mois nous avons conçu, protypé puis fabriqué chaque low-tech pour qu’elles s’adaptent à cet environnement particulier. En Septembre, Corentin et Caroline ont rejoint le Mexique à bord d'un voilier en n'emportant que du textile. Ils ont alors répliqué toutes les low-tech à partir des matériaux et outils disponibles sur place. L'objectif a donc été de concevoir des systèmes simples et facilement réplicables. Pour faciliter la fabrication, chaque low-tech a fait l'objet d'un plan détaillé.


Quels besoins pour vivre dans cet habitat?

Pour rendre possible ce mode de vie, il a fallu répondre aux besoins comme l'accès à l'eau, l'énergie, l'alimentation, l'hygiène ou encore la gestion des déchets. Ici, nous nous intéressons à l'accès à l'eau nécessaire pour le bon fonctionnement de l'écosystème : les plantes, les champignons, les grillons, les mouches soldats noires et les personnes vivants dans l'habitat. Comme nous ne pouvons pas compter sur la récolte d’eau de pluie, le moyen qui nous a paru le plus efficace est la dessalinisation d’eau de mer en utilisant la source d’énergie qui sera la plus abondante : le soleil.


Quel besoin en eau?

Pour produire 1kg de légume, 100L d’eau est nécessaire. Comme Corentin et Caroline devront produire 200g de légumes quotidiennement, 20L d’eau par jour seront nécessaires pour la bioponie.

Le bac de spiruline aura besoin de 8L d’eau par jour puisque l’évaporation est estimée à 1L par m2 et par jour.

Les besoins pour les champignons et les insectes sont estimés à 4L d’eau par jour.

Enfin, nous comptons 8L d’eau par jour pour la boisson et la cuisine.

Au total, Corentin et Caroline devront disposer quotidiennement d'un minimum de 40L d’eau.


Conception du dessalinisateur

La conception de ce dessalinisateur s'est inspirée des conclusions d'étude de Cyril Grandpierre qui a prototypé plusieurs modèles de dessalinisateur solaire. De même, nous nous sommes appuyés sur la thèse d'Augustin Pinet qu'il a réalisé sur ce sujet en collaboration avec le Low-tech Lab. Notre objectif était d'arriver à un système performant tout en utilisant un maximum de matériaux biosourcés et des outils de base.

Le dessalinisateur que nous avons fabriqué nous permet de récolter environ 4L d'eau douce sur une surface de 100x120cm par une journée bien ensoleillée.

Materials

  • Tasseaux de bois de 25x50mm
  • 2 plaques en zinc de 100x66cm
  • 2 vitres de 100x66cm, d'épaisseur 3mm
  • 2 cornières d'1,5m (profilé en L)
  • Liège en rouleau d'épaisseur 3mm
  • Textile en lin teinté en noir
  • Textile en fibre de jute
  • Tuyau noir de 10m
  • 12 goutteurs avec un débit de 2L/h
  • 1 vanne d'arrêt
  • Peinture noire
  • 2m de corde en chanvre

Tools

  • Visseuse
  • Perçeuse avec forets
  • Scie-sauteuse
  • Cutter
  • Scotch double face
  • Gants

Step 1 - Isolation des plaques

Étapes à réaliser sur les 2 plaques en zinc


  • Couper 3 bandes de liège de 100x66cm
  • Coller des bandes de scotch double face sur la plaque de zinc
  • Coller la première bande de liège
  • Réitérer cette opération deux fois pour coller les 2 bandes de liège restantes

Remarque : Comme nous ne disposons que d'un rouleau de liège d'épaisseur 1mm, nous collons plusieurs couches de liège pour réduire les pertes thermiques. D'autres moyens d'isolation sont possibles.




Step 2 - Peinture des plaques

  • Peindre les 2 plaques en zinc en noir mat pour qu'elles transforment bien les rayonnement solaire en chaleur.




Step 3 - Fabrication du cadre et des pieds avants

Le cadre

  • Couper 2 tasseaux en bois de 1200 mm de longueur (1)
  • Couper 4 tasseaux en bois de 930 mm de longueur (2)
  • Couper 6 tasseaux en bois de 545 mm de longueur (3)

Remarque : Se référer à la photo ci-contre pour placer les tasseaux au bon endroit

  • Percer les tasseaux et les plaques avec un foret de ⌀ 3 mm
  • Fixer les tasseaux aux plaques avec des vis de ⌀ 4 mm

La surface du dessalinisateur est donc de 1000x1200mm.


Les pieds avants

  • Couper 4 tasseaux en bois de 1200 mm de longueur (4)
  • Percer les tasseaux et les plaques avec un foret de ⌀ 4 mm
  • Fixer les tasseaux aux plaques avec 12 vis de ⌀ 5 mm

Step 4 - Fixation du textile en lin

En s'écoulant, l'eau a tendance à suivre les fibres du textile. Lorsque l'on place le textile avec les fibres de biais (et non verticales), l'eau s'écoule de manière homogène sur toute la surface du textile (voir photo).


  • Couper un morceau de textile de 1200x1600mm, avec les fibres de biais. Le placer centré sur les plaques.
  • Couper 3 tasseaux de 970 mm de longueur
  • Placer les tasseaux aux extrémités et au milieu des plaques (voir photo). Percer les tasseaux et la plaque avec un foret de ⌀ 4 mm. Le textile doit être tendu sur les plaques.
  • Fixer les tasseaux avec 9 vis de ⌀ 5 mm
  • Couper 3 morceaux de liège de 50x970mm
  • Après avoir posé une bande de scotch double face sur chaque tasseau, coller les morceaux de liège

Les vitres de 100x66cm reposeront notamment sur ces tasseaux.


Step 5 - Fabrication du goutte à goutte

  • Couper 13 morceaux de tuyau noir de 100 mm de longueur
  • Fixer les 12 goutteurs aux morceaux de tuyau




Step 6 - Fixation des cornières

La première cornière sert à maintenir en place le goutte à goutte

  • Découper un morceau de cornière en L de 1200mm de longueur
  • Placer le goutte à goutte en haut des plaques en zinc. Placer la cornière par dessus de manière à le maintenir
  • Percer la cornière, la plaque et le cadre en bois avec un foret de ⌀ 3 mm
  • Fixer ces éléments avec 5 vis de ⌀ 4 mm
  • Couper un morceau de liège de 20x1200 mm
  • Après avoir posé une bande de scotch double face sur la cornière, coller le morceau de liège

La seconde cornière sert de gouttière à l'eau douce


  • Couper la cornière pour obtenir 1400mm de longueur
  • Couper une bande de textile en fibre de jute de 1260 x 40 mm. Placer cette bande en bas des plaques en zinc. Elle permettra de décaler la cornière de façon à éviter que l'eau salée ne rentre à l'intérieur.


  • Couper 4 tasseaux de 50x35 mm (6)
  • Percer ces tasseaux et les pieds (4) avec un foret de ⌀ 4 mm
  • Fixer ces tasseaux (6) aux pieds (4) du dessalinisateur avec 4 vis de ⌀ 5 mm
  • Placer la cornière par-dessus la bande de textile en fibre de jute et contre les tasseaux (6)
  • Percer la cornière et les tasseaux (6) avec un foret de ⌀ 2 mm
  • Fixer la cornière aux tasseaux (6) avec 4 vis de ⌀ 3 mm
  • Placer la corde en chanvre dans la cornière et la laisser dépasser d'un côté

Remarque : La corde en chanvre sert à acheminer l'eau douce vers un récipient. L'eau est d'abord absorbée par la corde en chanvre puis, par capillarité, dirigée vers ce récipient.

Step 7 - Fabrication des pieds arrières

  • Couper 2 tasseaux de 1200 mm de longueur. Fixer l'écartement de ces 2 derniers avec un tasseau de 980 mm de longueur (voir photo)
  • Une fois l'angle d'inclinaison du dessalinisateur choisie, percer les 2 tasseaux et le cadre avec un foret de ⌀ 4 mm
  • Fixer les 2 tasseaux au cadre avec 2 vis de ⌀ 5 mm




Step 8 - Pose des vitres

  • Placer les vitres contre les tasseaux et cornières fixés aux plaques en zinc
Se munir de gants pour éviter de se couper lors de la manipulation des vitres




Step 9 - Etanchéité du dessalinisateur

L'objectif est de réduire les pertes thermiques pour maximiser l'efficacité du dessalinisateur.


Étanchéité au niveau des vitres


  • Couper 2 tasseaux de 70mm de longueur (cales-vitre) en casant les angles d'un des côtés (voir photo).
  • Positionner les cales-vitres de manière à plaquer les vitres contre la cornière
  • Percer les cales-vitre et les tasseaux (3) avec un foret de ⌀ 4 mm
  • Fixer les cales-vitre aux tasseaux (3) avec 2 vis de ⌀ 5mm. Ne pas trop visser afin que les cales-pieds puisse toujours tourner.

Étanchéité au niveau du goutte à goutte


  • Couper 2 tasseaux de 140mm de longueur
  • Percer un trou centré de ⌀ 6 mm dans chacun des tasseaux. Le trou de ce diamètre dépend du diamètre du tuyau du goutte à goutte.
  • Passer le tuyau du goutte à goutte dans le trou des tasseaux
  • Percer les tasseaux et le cadre un foret de ⌀ 4 mm
  • Fixer les tasseaux au cadre avec 4 vis de ⌀ 5 mm


Step 10 - Minéraliser l'eau désalée

Si les dessalinisateurs permettent d'enlever le sel contenu dans l’eau, cette dernière n’est pas considérée comme potable car pauvre en minéraux. Il est donc indispensable de la reminéraliser pour éviter quelques aspects non souhaitables comme des carences alimentaires causant des risques de maladies cardiovasculaires.


Pour ce faire, nous utilisons un Ecofiltro, un filtre à eau en céramique, conçu à base d’argile et de sciure de bois carbonisé. Ces filtres permettent de potabiliser des eaux contaminées ou turbide impropres à la consommation humaine. Inventé dans les années 1960 et partagé en open-source, ce type de filtre est aujourd'hui fabriqué et utilisé dans de nombreuses régions du monde.


Si vous souhaitez en connaître davantage sur les étapes de fabrication, rendez-vous sur le wiki du Low-tech Lab!




Step 11 - Fabrication au Mexique & Retours d'expérience

Fabrication

Si un maximum de matériaux a été trouvé au Mexique, le liège utilisé pour l'isolation a été remplacé par une alternative locale : la paille. Comme les délais de livraisons ont été relativement long, cette dernière a été rajouté quelques semaines après la fabrication des premiers dessalinisateurs et a permis d'augmenter considérablement le rendement.


Retours d'expérience

Pour satisfaire les besoins en eau, 5 dessalinisateurs de 3 mètres de long ont été fabriqués, permettant de récolter 40L d'eau douce par beau temps et 20L par temps nuageux.


Pour arriver à ces performances, une maintenance quotidienne a été nécessaire pour s'assurer du bon fonctionnement de chacun des dessalinisateurs. La routine, d'environ 30 minutes, consistait à :

  • nettoyer les algues ayant proliférées sur la corde de chanvre
  • nettoyer les saletés des vitres déposées par les embruns et le vent
  • régler le débit d'eau selon la météo : l'augmenter par beau temps et le diminuer si nuageux
  • récupérer puis préfilrer l'eau des 5 bidons d'eau douce dans une cuve de stockage de la Biosphère
  • minéraliser une partie de l'eau via le filtre céramique.

L'accumulation de sel sur le textile noir avait tendance a réduire les performances du système et favoriser la contamination de l'eau douce sur la vitre. De fait, le dépôt de sel était récupéré une fois par semaine pour assurer le bon fonctionnement des dessalinisateurs.


Si globalement les dessalinisateurs ont permis de subvenir aux besoins en eau, ces 4 mois d'expérimentation ont permis de déceler quelques dysfonctionnements qui nous ont amené à réfléchir à des pistes d'amélioration (non testées) :

  • privilégier des cornières profilées en U pour éviter que les insectes viennent s'abreuver. L'ombre créée par ce profilée permettra aussi d'empêcher le développement d'algue
  • réaliser une autre structure en bois pour mieux fixer la tôle et éviter qu'elle ne gondole sous l'effet du soleil
  • derrière la vitre, placer un joint qui appuie contre le goutte à goutte pour le maintenir bien en place
  • réaliser un système d'irrigation acheminant l'eau douce directement jusqu'à la Biosphère
  • réaliser une nouvelle teinture noire du textile au bout d'un mois d'utilisation



Notes and references

Document rédigé par Emma Bousquet-Pasturel dans le cadre du projet expérimental "Biosphère, capsule en milieu aride" du Low-tech Lab.

Comments

Draft