Compost Bokashi de cuisine

Tutoriel de avatarLow-tech Lab | Categories : ⧼wf-propertyvalue-area-Alimentation⧽, ⧼wf-propertyvalue-area-Hygiène⧽, Housing

Seau à bokashi de cuisine pour obtenir un engrais riche à partir des déchets organiques.

Difficulty
⧼wf-propertyvalue-difficulty-Facile⧽
Duration
1 ⧼wf-propertyvalue-durationtype-heure(s)⧽
Cost
5 EUR (€)
Other languages:
English • ‎français • ‎русский
License : Attribution (CC BY)

Introduction

Chaque année, un français produit 320kg (soit environ 90 sacs) de déchets dont 120kg sont des déchets organiques potentiellement valorisables. Ils peuvent notamment servir d’engrais pour les cultures. En campagne, il est simple de composter ses déchets organiques. En ville, c’est plus problématique. Pourtant plus des ¾ des français vivent en milieu urbain, le potentiel de valorisation est donc très important. La production de compost via les déchets organiques ouvre les portes de la culture de plantes et légumes chez soi. En milieu urbain, les objectifs sont variés : • Se réapproprier les méthodes de culture • Tendre vers la souveraineté alimentaire • Dépolluer l’air environnant • Manger des produits de qualité et de proximité

Le **bokashi** (« compost » en japonais) est une méthode de compostage très efficiente, pouvant être adaptée au contexte urbain. Le bokashi met en œuvre ce qu’on appelle les micro-organismes efficaces (dit EM).

    • Que sont les Micro-organismes Efficaces (EM) ?**

Dans la nature, il a été observé que la dégradation de la matière organique en bel humus se fait par une faune et une flore composées de champignons et de bactéries. Ces micro-organismes « effectifs » représentent environ 10% de la population de micro-organismes naturellement présents. Les EM sont un mélange de 80 souches sélectionnées de ces micro-organismes effectifs. Leur utilisation pour le compost permet d’imiter le fonctionnement d’un humus très sain et d’optimiser la bonne dégradation de la matière organique.

Le compost utilisant ces micro-organisme est appelé « Bokashi ».

A noté que les EM peuvent être utilisés sur des cultures en terre pour ramener de la vie dans un sol pauvres cependant il peut être néfaste de l’utiliser sur des terres où la vie est déjà bien présente car l’équilibre du lieu peut être déréglé par leurs actions. Il est possible de récupérer soit même des souches locales pour faire ses propres « micro-organismes efficaces », cela nécessite tout de même une bonne maîtrise. Le plus simple est de se procurer des souches sur internet, en France notamment auprès de Bertrand Grevet, spécialiste du sujet. Les Micro-organismes Efficaces se présentent sous 2 formes : • Les EM 1 : ce sont des souches concentrés qui nécessitent une étape avant utilisation : il faut les « activer » avec de la mélasse. • Les EM A (pour micro-organismes efficaces activés) : le mélange avec la mélasse a été réalisé en amont, cependant la durée de conservation est courte (l’ordre d’ 1 mois). Il est tout de même préférable de se fournir directement des EM A.

    • Fonctionnement du Bokashi ?**

Le bokashi est le produit obtenu par la fermentation des déchets organiques inséminé par des EM A. Il fonctionne de manière anaérobie (sans apport d’oxygène), il faut le fermer hermétiquement après chaque utilisation pour que les bactéries se développent au mieux, avec une température de 20°C à 25°C. Le résultat du compostage est : • Un jus très nutritif pour les plantes (à diluer à 1% avec de l’eau) • Un compost solide riche en minéraux et micro-organismes.

Par l’utilisation d’un contenant étanche et hermétique, le bokashi est particulièrement adapté au contexte urbain, hors sol : Il est fermé, ne sent pas, le compostage est rapide permettant un bac de petite taille et le jus est directement utilisable pour de la culture hors sol (en pot de terre ou sur substrat).

Ce tutoriel est réalisé en collaboration avec Léon-Hugo Bonte, paysagiste décorateur, adepte de la culture d’intérieur hors sol, utilisateur régulier du bokashi et des EM depuis de nombreuses années.

Materials

Tools

Step 1 -

Comments