Culture de la spiruline

Tutoriel de avatarLow-tech Lab | Categories : ⧼wf-propertyvalue-area-Alimentation⧽

No-image-yet.jpg

la culture domestique d'une micro-algue très nutritive

Difficulty
⧼wf-propertyvalue-difficulty-Difficile⧽
Duration
3 ⧼wf-propertyvalue-durationtype-jour(s)⧽
Cost
300 USD ($)
Other languages:
English • ‎español • ‎français
License :

Introduction

La spiruline est une micro-algue, plus précisément une cyanobactérie spiralée d’environ ¼ de millimètre. Elle s’épanouit dans les régions chaudes et désertiques depuis plus de trois milliards d’années. A l’origine de la vie végétale et animale, la spiruline a largement participé à la création de l’atmosphère terrestre en produisant de l’oxygène à partir du dioxyde de carbone. Si elle nous intéresse particulièrement aujourd’hui c’est qu’elle est également un super-aliment. La riche constitution de la spiruline tient du fait que sa paroi cellulaire est en protéine. A l’inverse, dans le monde végétal, les cellules ont une paroi en cellulose, difficile à digérer. La spiruline a également une forte concentration en vitamines et Fer. Cette composition idéale et sa facilité d’assimilation font de la spiruline un complément alimentaire convoité par les grands sportifs. Mais la spiruline se vend cher alors qu’elle est simple et rapide à cultiver. Son rendement est très bon : sur un même espace la spiruline produit cinq cents fois plus de protéines qu’un élevage bovin. De même il faut environ 13 500 litres d’eau pour produire un kg de protéines bovines alors que seulement 2 500litres sont nécessaires pour la micro-algue. De nombreuses associations et ONG (Univers la Vie, Antenna, etc) en font culture pour lutter contre la famine et la malnutrition dans le monde. Elle existe d’ailleurs à l’état naturel autour de la ceinture tropicale (Pérou, Mexique, Tchad, Ethiopie, Madagascar, Inde…) et même en France, en Camargue. La culture familiale permet d’intégrer la spiruline à son alimentation quotidienne. La fédération des spiruliners de France recommande une consommation de cinquante grammes de spiruline fraiche par jour, soit environ 10 grammes de sèche. Dans cet objectif de production locale, il faut 1m²de bassin de culture par personne.

Informations préalables

Le milieu de culture La spiruline vit naturellement dans des lacs volcaniques, riches en sel et bicarbonate de soude, avec un PH élevé, proche de 10. Ce milieu constitue son environnement mais pas son alimentation, comme les poissons ne se nourrissent du sel de la mer. Dans la culture de spiruline, l’objectif est de récréer au plus proche l’environnement natif de la spiruline. A l’état naturel, la spiruline est peu prélevée sinon par des cueilleurs et flamants roses. En bassin les récoltes sont beaucoup plus lourdes importantes, il faut donc apporter régulièrement de la nourriture à la culture pour permettre son renouvellement. Dans la culture de spiruline, il faut donc dissocier le milieu culture du milieu de vie et de l’alimentation : milieu de culture = milieu de vie + alimentation

L’environnement de développement La spiruline vit naturellement dans des climats chauds. Quand la température de son milieu de vie est inférieure à 18°C, elle hiberne. Dès 20°C elle commence à se développer. A partir de 30°C sa production s’intensifie fortement. A 37°C, température optimale du milieu, la population augmente d’un quart toutes les huit heures. Au-dessus de 42°C, la spiruline meurt. En France, la culture en extérieure, avec un capot translucide, est possible dès mi-Avril. La profonde couleur verte de la spiruline est obtenue par photosynthèse. Pour cela, la spiruline a besoin d’une forte luminosité mais pas d’exposition longue au soleil. Il est important d’agiter le bassin pour éviter que les spirulines en surface ne brulent et permettre à celles en profondeur de profiter de la lumière. La culture doit faire 20cm de profondeur maximum pour que toute la spiruline bénéficie d’un bon ensoleillement.

La concentration Un des indicateurs de santé de la spiruline est sa concentration. Pour la mesurer il existe un instrument très simple : le spirumètre ou disque de Secchi. Il s’agit d’un disque blanc au bout d’un axe gradué en centimètres. On mesure la concentration de la spiruline en plongeant le disque dans la solution de culture. Lorsque celui-ci disparait, on relève la graduation à la surface, c’est l’indice de concentration de Secchi. Plus l’indice est faible, plus la spiruline est concentrée. Pour une spiruline en bonne santé, la concentration doit être entre 2 et 4. A 2 elle est très concentrée, elle peut être récoltée. A 4 elle est à sa concentration de culture minimale, par exemple après une récolte.

Ce tutoriel est réalisé en collaboration avec Gilles Planchon, spécialiste de la culture familiale de spiruline, formateur et chercheur sur les milieux de vie naturel de la micro-algue.

Retrouvez ICI la vidéo tuto.

Materials

Spirumètre

  • Bouchon en plastique blanc
  • Vis
  • Tige en bois ou en plastique ou règle

Milieu de culture

  • Eau potable
  • Sel marin
  • Bicarbonate de soude

Alimentation minérale

  • Nitrate de Potassium
  • Phosphate Monoammoniaque
  • Sulfate de Fer
  • Sulfate de Potassium (facultatif)
  • Sulfate de Magnésium (facultatif)

ou

Alimentation naturelle

  • Vinaigre blanc
  • 100g clous rouillés
  • 5 à 10 citrons ou acide citrique

Tools

Spirumètre

  • Règle
  • Tournevis

Milieu de culture

  • Bac de 200l ou plus

Alimentation minérale

  • Bidon alimentaire (>10litres)
  • Balance

Alimentation naturelle

  • 2 bouteilles d’un litre
  • Balance

Ensemencement, culture et entretien

  • Tuyaux d’arrosage
  • Passoire
  • Pompe d’aquarium (500 à 1000 litres/heure)
  • Bidons de volume différents (de 20 à 200 litres par exemple)
  • Verre mesureur
  • Balance

Step 1 - Construire un spirumètre ou disque de Secchi

  • Visser un bouchon en plastique blanc au bout d’une règle ou d’une tige en plastique ou bois d’une vingtaine de centimètres,
  • Graduer la tige de 0 à une dizaine de centimètres, avec le 0 au niveau du bouchon.

Step 2 - Préparer le milieu de culture : le milieu de vie

  • Remplir un bidon de grand volume (100 à 200L) d’eau, dans l’idéal de pluie ou de source peu calcaire
  • Ajouter le bicarbonate de soude à raison de 1kg/100litres d’eau
  • Ajouter le sel marin à raison de 500g/100litres d’eau
  • Bien agiter pour les dissoudre
  • Transférer le volume du bidon dans le bassin de culture avec une pompe (type aquarium ou siphon naturel). Réitérer l’opération jusqu’à faire le plein du bassin
  • Faire un repère à 20 cm du fond pour voir si l’eau s’évapore et compléter avec de l’eau au besoin.

ATTENTION

  • Si eau du robinet : Agiter (pompe ou bulleur) pendant ½ journée : le chlore de l’eau s’évapore et le calcaire précipite avec le bicarbonate de soude, lors du transfert du milieu de vie vers le bassin, le calcaire reste au fond du bidon
  • Si eau de pluie : filtrer

Comments